Aller au contenu

l’Art Cycladique

Étiquettes:

L’art cycladique étonne par sa modernité : formes dépouillées élégantes, un minimum de décoration et surtout d’étonnantes statuettes plus ou moins abstraites dont on ne connaît toujours pas la signification ou le rôle. La période correspond à l’âge de bronze (3200- 2300 avant J.-C.)et le lieu aux îles des Cyclades en Grèce. Cette unité culturelle ne semble pas correspondre à un entité politique.

Elle semble assez similaire avec le reste des formes que l’on retrouve sur le continent (bec d’oiseau), mais l’argile locale est difficile à travailler et le marbre semble être le matériau préféré.

Vous pouvez agrandir les images en cliquant dessus : pour revenir à l’article , cliquez sur la flèche de retour en haut , à gauche. Si vous fermez avec x, vous fermerez tout l’article.

Ce nom leur a été donné à cause de leur forme, mais comme ces objets sont soit en terre cuite, soit en pierre, leur usage devait être autre. On y retrouve souvent des symboles de fertilité, tels les trangles pubiens, ce qui pourrait indiquer un usage rituel. Le plus souvent, le décor consiste en figures géométriques incisées. On retrouve aussi des représentations de bateaux à rames.

La plupart de ces figurines sont féminines et ont été trouvées dans des tombes. Suivant les époques, elles ont été très schématisées ou assez détaillées (les plus abstraites dates du Cycladique ancien I et du Cycladique ancien III, les plus détaillées du cycladique ancien II). Généralement, elle sont de petite taille (moins de 30 cm), mais une ou deux beaucoup plus grandes ont été trouvées, sans que l’on sache si elle avaient un rôle particulier (idole?). La position de leur pieds semble indiquer qu’elles ne pourraient tenir debout, donc peut-être seraient à imaginer allongées, dans une représentation mortuaire, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Le Cycladique ancien I (3200-2700 avant J.-C.

Le cycladique ancien II 2700-2400 avant J.-C.

Statues masculines : généralement plus spécifiques et parfois en 3D

Musée archéologique d’Athènes

Le Cycladique Ancien III 2400-2300 avant J-.C., un retour vers l’abstraction

Il subsiste encore beaucoup d’interrogations sur ces statuettes. La mystère n’a fait que s’épaissir lorsqu’en 2006, Sir Colin Renfrew, archéologue britannique, a mis un jour sur la petite île de Kéros, un amas de petites statuettes délibérément brisées. Quand il a essayé de recomposer les différentes figurines, il s’est avéré que celles-ci n’étaient pas complètes. Il devait sans doute s’agir d’un lieu de pèlerinage où l’on apportait des morceaux de statuettes, mais dans quel but et pourquoi nous échappe toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *